Grand Chemin de Monaco ŗ Roquebrune Cap-Martin

CHEMIN DE PUGET THENIERS A GILLETE EN 1795


Mise à jour mars 2018

 

Une note a été établie le 26 floréal an 3 (15 mai 1795) par Aréna adjudant général chef de brigade et Florence Le Fort officier du Génie (). Le rapport complet comprend  les trajets suivants :

Route de Nice à Grasse

Route de Grasse à Entrevaux

Route d’Entrevaux à Colmars

Route de Colmars à Barcelonnette

Route de Barcelonnette à Entrevaux par Guilhaume

Route d’Entrevaux à Nice par Gillette

 

L’orthographe a été modernisée sauf pour les noms propres. Entre parenthèses sont  indiqués le nom actuel, et les commentaires

 

Voir à ce sujet, sur le site  Internet la description des autres tronçons

Vieux chemin de la Cayolle à Daluis 06470 en 1795

Le texte des deux officiers relatifs à ce tronçon est le suivant en italique:

En sortant du Puget  après le pont on trouve un ravin qui vient  des montagnes de Gordouan (Gourdan) et de Failloure ? (toponyme non localisé, mais sur la carte d’Etat-Major de 1878 on note un ancien village dénommé Fourest). A ¼ d’heure de là est une montée fort pierreuse traversée par des veines de rochers, on laisse le Var à gauche  et on longe les montagnes sur la droite. A 3/4 d’heure de Puget on trouve le plateau de la Parelle (Note : toponyme non localisé, les Pauves ?) (Note : la parelle est une sorte d’oseille sauvage, y a-t-il un rapport avec ce toponyme), et l’on continue de monter de l’autre côté du Var. On voit la crête des montagnes de Dinet. (Dina ?) A 1/4 d’heure de là on passe le collet du Loup (sur le plan au 1/25000 ème on voit mentionné Rochers de la Colle du Loup) ou  de Saint Raphael et à la gauche sur un plateau est située la ferme du Breuil (Note : Elle figure sur le plan au 1/25000 ème). A ¼ d’heure sur la droite du chemin on trouve le col de la Bruyore (Note : sur la carte au 1/25000 ème on voit un quartier Bruyet)  et plus loin celui de Gordouan. Ici le chemin est traversé par un ruisseau qui descend de ces montagnes. A ¼ d’heure on arrive au col de Saint Raphael, on voit sur la droite les montagnes boisées de Chausse ou Chaudre ? (Note : bois des Chaudes sur la carte de 1763 ? Chaudo sur la carte au 1/25000 ème) et le vallon du même nom et sur la gauche le rocher de Saint Michel. (Note : Saint Michel fait partie de la crête de Sainte Marguerite)

Cette montée depuis le Puget  a besoin de fortes réparations. Elle est traversée en plusieurs endroits de veines de rochers qui la rendent très mauvaise.

Au débouché du vallon de Chaudre ? On voit à sa droite un petit fortin situé sur une hauteur qui protégeait le village de Penne (Note : Château de la Penne ?)

Plus bas on voit la vallée de Chatuarel ? A ¼ d’heure on passe entre le rocher de Saint Michel et une petite montagne qu’on laisse sur la droite en la côtoyant.

Sur la gauche on voit dans le fond des montagnes  la Rivière des Champs (Note : le Cians) qui a son embouchure dans le Var entre le col de Dinet  à la gauche et les montagnes des Champs à la droite. Longeant le revers de la montagne on voit sur la droite de là, le grand village de Saint Pierre et dans le lointain Briançonnet et ses montagnes. A 1/4 d’heure, côtoyant  sur le revers de la montagne le Mont, on voit deux ravins qui prennent leur naissance au-dessous du chemin et le prolongeant  dans la vallée de la Molle et plus loin sur la droite  un plateau où est situé le village de Saint Antonin. Le chemin a besoin d’être élargi surtout au passage de plusieurs ravins où il est en en fort mauvais état, étant couvert de pierres  et obstrué par les terrasses qui ne cessent de se boucher.  A deux heures de Puget on trouve le hameau de Boule But. (Rourebel ?) Il y a sur la droite un grand ravin et l’on continue de monter. Au sud-est le chemin est fort mauvais plein de pierres et de rochers. Le village est appuyé à une roche. Le ravin qui est au-dessous la prolonge jusqu’à la vue de Saint Antonin

 A ½ heure de là (Rourebel) on passe le col de Scros (Ascros) et l’on arrive après une descente d’1/4 d’heure au village du même nom. Sur le col on laisse à droite une petite chapelle (chapelle Sainte Anne ?). Il y a dans le village un ancien petit fort construit sur le rocher. On prend la gauche de ce village situé sur une crête qui se prolonge dans le fond de la vallée et de l’autre côté d’un grand vallon bien cultivé on côtoie à mi-côte les montagnes de Picogura ? (Pincogul) qui  joignent  sur le Var. A 1/4 d’heure de là on voit plusieurs ravins qui se réunissent dans le même  vallon sous le village  et se prolongent vers la plaine ; Le chemin a besoin d’être réparé dans toute cette partie attendu qu’à certains endroits il est éboulé, à d’autres trop étroit et obstrué par les pierres. A ¾ d’heure de Scros on traverse une petite crête, sur la droite, un rocher (Note : Saint Jean d’Aurelle) au pied duquel est la chapelle de ND de Sainte Baume. Plus loin on voit plusieurs  vallons qui se réunissent au village de Cuébris. Il a à sa droite un petit fortin, et à une heure de là on trouve le petit village de la Roque (Note : Roquesteron ?), au pied duquel passe l’Estéron.

Le chemin ne cesse de suivre la crête de la montagne et à 4 heures de Puget on arrive sur Rocca Bianca, le chemin est fort mauvais. Une grande partie des mamelons qu’on laisse sur la droite dans la vallée sont en général boisés. On découvre sur la droite le village de Pierrefeu, situé entre deux rochers sur une montagne escarpée. Il y a ici une partie de chemin fort mauvais et encombré de quartiers de roches qui se  détachent de Rocca Bianca. Entre la montagne de Rocca Bianca (Note : même nom moderne)  et Pierrefeu il descend par le grand vallon de la Calmière (Note : ravin de Vescassin ?) ; plusieurs torrents qui se réunissent sous le village de Pierrefeu. A  4 heures et demies ? après Rocca Bianca on arrive au quartier  de Subroc ? où l’on voit plusieurs battilles ? ; A 5 heures de Puget on descend à Toudon. Cette descente est fort mauvaise, pleine de rochers et très rapide. Elle exige des réparations urgentes et promptes. A la sortie de Toudon à droite du chemin on voit la Colle du Vialle. A ½ heure de Toudon on traverse une crête qui se prolonge sur la droite. Dans la vallée le chemin est fort mauvais et sujet à éboulis. A 1/2 heure de là on trouve le village de Tourette qu’on laisse sur la droite, la descente pour y arriver est fort mauvaise. Le village est situé sur un monticule qui se prolonge par une crête jusqu’au fond de la vallée.

A quelques pas de là on trouve le village de Revest au milieu duquel on passe sur la gauche, on laisse le mont Toual (Note : sur la carte de Cassini, il existe le col de Toasc pour col du Vial et le mont Vial un peu à l’est est nommé mont des Isards). On arrive  de ce village au rocher nommé la Louange ? (note : Longia probablement) au-dessus de Gillette par une crête. A la sortie de Revest, on trouve une descente fort mauvaise et pierreuse à la gauche du chemin on voit le grand vallon de Jaunet ? qui descend du Var à ½ heure de Revest (note : vallon des hirondelles probable). Après avoir traversé le col du même nom (note : collet des Sausses ?) on descend par un bois de pins jusqu’aux approches de Gillette. Il y a quelque partie  de chemin dans cette montagne qui a besoin de réparations, il y a à peu près ¼ d’heure de mauvais chemin

A quelque distance avant d’arriver à Gillette on trouve un pont en pierre sur un petit ravin où coule un ruisseau qui va se confondre avec un autre à la droite qui descend de Revest par le vallon de Lati (note : Latti) et passe au pied du rocher où est situé le fort de Gillette (Note : un peu en aval du collet des Sausses).

Un examen de ce pont a permis de voir en passant dessous que celui-ci a été construit en deux fois. Il est très vraisemblable que la première partie du pont existait déjà en 1795, alors que le chemin ancien passait peut être plus bas d’après des cartes anciennes.

 

Commentaire

 

Sur le plan de Bourcet B 51 W on peut voir un chemin depuis le col de Revel (Saint Raphael) et Saint Michel près de Toudon en haut des vallons qui se déversent dans l’Estéron, correspondant au chemin décrit par les officiers, laissant donc les villages en contrebas.

Sur la carte de Cassini, « la route » passait par les villages de La Penne Saint Antonin, Scros (Ascros) Cuebris La Roque Estéron (Roquesteron) puis suivait la vallée de l’Estéron. Sur la même carte, un chemin débouche sur Toudon venant du nord et non au sud de Rocca Bianca

Sur la carte d’Etat-Major de 1878 on voit le chemin décrit par les officiers

 

Sur la carte des Archives Royales était noté le bois des Chaudes

 

Bibliographie

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                         

Aréna et Florence Le Fort, Mémoire sur la reconnaissance des communications de l’Armée d’Italie avec celle des Alpes, faite en vertu des ordres du général en chef Kellermann en date du 26 floréal  troisième année de la République.

 

Carte de Bourcet

 

Carte de Cassini

 

Collection du Ministère de la Défense, SHD, département de l’armée de Terre, 1 VD 34, art 4 sect 1, parag 5, C1, N° 37

Carte géométrique …du cours du Var et de l’Estéron depuis la mer jusqu’au confluent du Riolan… ADAM B 185 (reproduction dans Nice Historique Michel Graniou

 

Carte d’Etat-Major de 1878

 

Carte Top Nizza A e B 1763 – Archives Royales de Turin