Point du Ramingao ŗ Roquebrune Cap-Martin

PASSAGE DU PAPE PIE VII A NICE

Mise à jour novembre 2022

 

Le Comté de Nice en 1850 par un frère des écoles chrétiennes

Dernier passage de sa Sainteté Pie VII à Nice                                                                                                                     

 

Comme le texte a été publié en 1850, le Frère dont on ne connaît pas l’identité a peut-être assisté lui-même au passage du Pape, mais il a été certainement en contact avec des témoins oculaires.

Il ne mentionne pas le premier passage du Pape en 1809 ainsi que la colonne édifiée en 1825

 

 

Page 31 et 35

 

Lors du dernier passage de sa Sainteté le pape Pie VII à Nice, les habitants, avertis de son approche, accoururent vers le soir, à sa rencontre ; femmes, enfants, et vieillards, toute la foule se porta sur la route du Var, abandonnant la ville, où il ne resta plus que les infirmes et les malades. Des personnes considérables de la ville détachèrent les chevaux de la voiture, et, éloignant les gendarmes de l’escorte, la traînèrent jusqu’à la Cathédrale, où le Pape donna sa bénédiction apostolique.

De là, reconduite à l’hôtel de la Préfecture, sa Sainteté fut reçue en l’absence du Préfet, par Monsieur le Conseiller Sauvaigue, qui, né à Nice lui-même, se montra en cette circonstance, le digne interprète de l’enthousiasme général. La ville fut spontanément illuminée jusqu’aux mansardes des maisons, les bateaux et barques du port, illuminés, vinrent faire parade devant l’hôtel de la préfecture.

Le lendemain, le peuple accourut en foule pour baiser les mains du St Père et lui présenter ses offrandes. Sa Sainteté les refusa avec bonté en disant aux uns et aux autres : » Pochi sono i miei bisogni : manco di nulla » (j’ai peu de besoins, je ne manque de rien), et aux autres : « vi sono grato, di quanti mi offrite, distribuitelo ai poveri per me » (je vous suis reconnaissant de ce que vous m’offrez, distribuez-le aux pauvres pour moi)

Le S Père fut si touché de l’enthousiasme des habitants de la ville de Nice, que peu de temps après son arrivée à Rome, il lui envoya son portrait, accompagné d’une lettre que l’on peut lire, gravée sur le marbre en dessous du portrait de sa Sainteté, dans la grande salle du Conseil.

Un personnage de Nice, ayant eu l’honneur en 1815, d’être présenté à Rome à sa Sainteté, le Saint Père daigna lui adresser ces paroles flatteuses pour les habitants de Nice : « Voi abitate Nizza, paese di cui ho cara la memoria. Gli abitanti mi diedero prova  grandissima di affezione, nella occasione  del moi passagio  in quella citta dimostrandomi che il cuore loro è buono quanto il loro clima ; mi commessero e mi facero  sentire che era in Italia »

(Vous habitez Nice, pays dont le mémoire m’est chère. Les habitants me donnèrent une très grande preuve d’affection à l’occasion de mon passage dans cette cité en me démontrant que leur cœur est aussi bon que leur climat ; ils m’émurent et me firent sentir qu’elle était en Italie)

 

Au sujet de la colonne de Pie VII place Croix de marbre à Nice voir:

http://www.archeo-alpi-maritimi.com/croixdemarbre.php

 

Bibliographie

 

Frère des écoles chrétiennes, le jeune Niçois instruit de sa patrie ou notices historiques sur la ville et le Comté de Nice, société topographique 1850