Point du Ramingao ŗ Roquebrune Cap-Martin

SOURCES DE MENTON 06500

Mise à jour février 2022

La région de Menton possède de nombreuses sources dont certaines sont très particulières. Notamment, une jaillit en mer qui a été l’occasion de diverses études.

Elle a fait l’objet d’un article dans le journal l’Avenir de Nice du 22 aout 1921 consultable sur Internet. Elle avait été nommée dans cet article « Source de Campo Morrone ».

D’autres ont été captées et ont fait l’objet d’articles sous le terme « Les Barmes de Menton » ainsi que d’une émission de télévision

Il a été également envisagé de créer une station thermale en plein cœur de Menton 

La revue de la Société d’art et d’histoire du Mentonnais « ou pais mentounasc » a consacré son numéro N° 173 de printemps 2020 au sujet « sources et fontaines »

 

Article de l’Avenir de Nice du 22 aout 1921

 

Le captage d’une source près de Menton.

 

…La semaine dernière, causant avec diverses personnes il nous était donné d’apprendre que des prospecteurs faisaient depuis Monaco Jusqu’aux environs de la Mortola et un peu partout dans la montagne des recherches de gisements plus ou moins problématiques de minerais de fer, de soufre. D’autre part il nous revenait qu’un hôtelier de Vintimille avait acquis au nom d’une Société disait-on italienne les terrains qui constituent au jourd’hui le Vieux Castellar et cela pour y établir un hôtel de tourisme. Il était même question de relier le vieux Castellar au village de Castellar par un fil aérien transportant par ce système, les touristes qui auraient fait du Vieux Castellar un centre alpestre des plus intéressants apportant dans cette région le bien-être à tous ses habitants.

Des ouvertures dans ce sens avaient été faites au Conseil Municipal pour l’acquisition des terrains communaux nécessaires à l’exploitation de cette riche affaire.

 

A Castellar

 

Mais Monsieur François Gaziello, Maire de Castellar, bien que l’un des plus jeunes maires de France, n’eut pas l’air de se laisser prendre à ces mirifiques propositions et crut prudent de  faire savoir aux intéressés  qu’il était tout disposé à entrer en pourparlers  avec eux, que le Conseil Municipal faciliterait de son mieux l’exploitation sur la Commune de l’industrie hôtelière et même une exploitation agricole, à la condition qu’il ne s’agirait de céder aux exploitants que l’usage du sol, se réservant la propriété absolue du sous-sol, la Commune de Castellar étant dans l’intention de faire pratiquer des recherches  d’eau.

Les choses en restèrent là et l’on n’entendit plus parler de rien. Mais on savait cependant ce que nous disions plus haut que des prospections se faisaient dans la zone que commande géologiquement et, nous pouvons dire hydrographiquement, le Vieux Castellar des fouilles répétées. On avait vu des hommes pratiquer des sondages à Saint Antoine près Monaco, au Cap Martin pendant qu’au Vieux Castellar dans les terrains achetés par l’hôtelier de Vintimille, au quartier Carenca, creusaient infatigablement dans le roc une « harma » de quarante mètres de profondeur. Pour les gens les moins avisés le doute n’était plus permis, ce n’était pas une exploitation agricole ni une hôtellerie que les acquéreurs du Vieux Castellar voulaient établir, mais c’était bien le captage d’une énorme source d’eau que l’on voulait faire.

On juge de l’émoi qui s’empara des habitants de Castellar, émoi qui peu à peu gagna toute la région et causa partout de si vives inquiétudes. On pourrait se demander quelles relations peuvent exister entre le captage d’une source d’eau sur la Commune de Castellar et l’émotion qu’elle a pu créer parmi les habitants de Menton et de Grimaldi fraction de Vintimille. Ici nos lecteurs nous permettront de leur faire un court exposé de la situation

 

La source de Campo Morrone

 

Chacun sait qu’à quelques centaines de mètres du torrent Saint Louis, frontière franco-italienne, en pleine baie connue sous le nom de Campo Morrone à un kilomètre du rivage sourd en pleine mer par trente brasses environ d’eau, une source qui par temps calme forme à ls surface un bouillonnement très perceptible de cinquante mètres de diamètre environ. Il est facile de comprendre l’immense volume de cette source et l’on comprend encore mieux les énormes avantages qui résulteraient du captage en terre ferme de ce volume d’eau qui se perd en mer.

 A notre connaissance ce n’est pas la première fois que le problème se pose. Jusqu’à présent des difficultés insurmontables y ont mis obstacle.

Serions-nous à la veille d’une réalisation ? Il est de croyance générale que la source de Campo Morrone provient des Grandes Alpes ou des lacs qui y sont au pied.

On pense, et nous l’avons souvent entendu dire par les hommes connaissant le pays que cette énorme source passerait au-dessous du Vieux Castellar,

Il semble établi aussi que toutes les sources qui jaillissent sur le flanc des collines environnant le Canton de Menton et le territoire de Grimaldi comme celles qui coulent sur le rivage compris entre le Cap d’Ail et la Pointe de la Mortola ne sont que des filiales de la source mère de Campo Morrone. Dès lors, les populations qui se sont émues de la chose tirent la conclusion toute naturelle que couper la source mère du Vieux Castellar arrêterait le tarissement des sources filiales. Le Conseil Municipal de Castellar interprète des sentiments de l’unanimité de ses habitants, la première victime d’un pareil état de choses si jamais il s’avérait a jeté le cri d’alarme et après l’exposé que nous donnons ci-dessous a pris la résolution suivante

Comme on le voit, le Maire et le Conseil Municipal de la Commune de Castellar ne veulent point se laisser faire. Ils ont ainsi répondu aux vœux de toutes les populations du littoral qui moins bien informées ignoraient le fait. Nous pouvons même les rassurer en disant que les travaux ont été momentanément arrêtés. Vont-ils reprendre sur un autre point c’est ce que nous saurons bientôt

 

Pierre Lorenzi

 

Articles sur la source de Campo Morrone

 

Sur Internet, on trouve un article intitulé « Une fontaine au milieu de la mer » du 23 juillet 2003, dans « un jour une actu » avec la photographie de la tâche à la surface de l’eau.

Cette année là des essais de captage ont été effectués.

Puis dans la revue de la SAEHM du 5 octobre 2020 intitulé « l’eau de la Mortola » consultable sur Internet repris dans Nice Matin on peut lire un article signé Almuneda Arellano et Pierre Emile Moulle. Il mentionne les prospections de la Société Nymphea Water

 

Barmes de Menton

 

Ces sources très particulières ont fait l’objet d’un article de Richard Osicki dans la revue de la SAEHM publié par Nice Matin du samedi 28 novembre 2020, sous le titre « Barmes en pays mentonnais ». L’article est accessible sur Internet

Il s’agit de galeries drainantes

 

Source thermale de Menton

 

Un projet sur ce sujet a fait l’objet d’un article de Emile Sclavo dans la revue de la SAEHM de 2019 référence 3920 N° 173. Des sondages ont eu lieu dans la vallée du Borrigo entre 1937 et 1948

 

Note

 

Le Vieux Castellar se trouve à l’ouest de la Cime de Longoira et au Nord de Castellar

 

Bibliographie

 

SAEHM Société d’art et d’histoire du Mentonnais