digue du var

 

NICE SELON AJC HARE

 

Mise à jour juin 2017

Nice : page 535  et suivantes

Hôtels :

Des Anglais à l’angle du jardin public, du Luxembourg, de la Méditerranée ; Westminster, Continental sur la Promenade des Anglais ; d’Elysée, des Palmiers, du Louvre, Paradis ; des Iles britanniques à l’ouest; des Empereurs ; Millet ; de Nice à l’est ; Grand ; de Cimiez ;

Pensions :

Royale 4 avenue Delphine ; Internationale 2 petite rue Saint Etienne ; des Palmiers30 Boulevard Longchamp ; Millet 2 rue Saint Etienne.

 

« Dans les hôtels on distingue deux catégories : le client  et le passant. Pour le premier on a tous les égards possibles, mais il s’en faut  de beaucoup que le second jouisse de la même considération. On regarde les voyageurs qui ne séjournent pas, comme un passage de cailles qu’il s’agit de plumer, et les hôteliers ne s’en font pas faute »

 C. Brainne

 

Transports :

Avec un cheval et deux places  75 centimes la course, 1 franc 25 la nuit ; l’heure 2 francs et deux francs 50. Avec deux chevaux et quatre places, la course 1 franc 50c le jour, 2 francs la nuit ; l’heure 3 francs et 3 francs 50. Les limites de la course sont celles de la ville elle-même.

 

Bureau de poste :

20 rue Saint François de Paule

 

Télégraphe :

14 rue du Pont Neuf

 

Nice, Chef-lieu du Département des Alpes Maritimes, est très fréquentée en tant que résidence d’hiver ensoleillée, mais elle est ravagée au printemps par un violent mistral, qui emplit l’air de tourbillons de poussière. Elle correspond à l’ensemble de plusieurs villes – « la ville moderne » ou quartier étranger,  qui s’étend le long de la côte jusqu’au lit du torrent du Paillon, et la « ville centrale »  qui contient les principales boutiques et les résidences des autochtones  qui est séparée de la ville du port par le rocher du château. A part elles, les grands quartiers de Carabacel et de Saint Etienne sont une zone intérieure qui s’accroit sans cesse. Nice conserve encore son ancien nom grec de Niké  victoire  que les colons phocéens lui donnèrent après une grande victoire sur les Ligures d’origine. Son premier évêque S.Bassus fut martyrisé en 250. La ville a beaucoup souffert des Sarrazins qui occupèrent tous les points forts des montagnes environnantes  jusqu’au dixième siècle où ils se trouvèrent jusqu’à leur expulsion en 975. Plus tard  elle fut  successivement dans les mains des Comtes de Provence, de la Maison  d’Anjou et des Comtes de Savoie, subissant de nombreux et terribles sièges. En 1859 elle fut cédée avec la Savoie par Victor Emmanuel II à Napoléon III. Les peintres Charles Van Loo et Louis Bréa (fondateur de l’Ecole gênoise)  étaient natifs de Nice. Masséna est né, fils  d‘une petite couturière dans une rue étroite près de S.Reparate. Garibaldi est né  dans une maison près  du Boulevard de l’Impératrice où son frère a été assassiné.

Il y a peu à dire sur Nice  à part son cadre. La colline du château (qu’on atteint par l’avenue Eberlé) comporte des promenades et des vues plaisantes, mais ses constructions furent soufflées par le Duc de Berwick en 1706. La Croix de Marbre qui est érigée sous un pittoresque dais du côté opposé à l’église anglaise, commémore une conférence ainsi appelée  en 1538 entre Paul III Charles V et François Premier. La Promenade des Anglais s’étend sur deux kilomètres le long de la côte depuis le Paillon jusqu’au Magnan et se termine à l’est au jardin Public où se trouve un beau palmier. La villa Oscar-Bermond et sa chapelle commémorative rappelle la mort du Tsarévitch Nicolas Alexandrovitch en avril 1865. Ici le Grand-Duc en mourant mit la main de sa fiancée, Princesse Dagmar de Danemark, dans celle de son frère Alexandre en lui disant « mariez-vous avec mon frère, il est franc comme du cristal et je le veux,  et elle devint Impératrice de Russie sous le nom de Maria Féodorovna.

 

Cimiez

 (Hôtel Grand, omnibus 50 c. depuis el 34 Boulevard du Pont Neuf), qu’on atteint soit  en tournant à droite de Carabacel au bout de la rue Gioffredo, soit en tournant à gauche près du bout de la vieille ville depuis la route le long du Paillon. La route précédente traverse les petites ruines  d’un amphithéâtre romain, appelé par les gens du lieu « il tino delle fade » ou le « bain des fées ». A une courte distance de là  se trouve un couvent franciscain, devant lequel  de nobles chênes lièges couvrent de leur ombre un crucifix portant les  six séraphins ailés qui apparut à S.François à Assise. Dans l’église il y a des peintures de Louis Brea. Les terrains de la villa Garin contiennent quelques ruines romaines. On dit qu’un passage souterrain se dirige de là sous le Paillon et de là  à la petite chapelle S.Roch ou Mont Vinaigirer.

Dans ce passage selon les gens du lieu le diable  est assis à table avec une corne sur lui pendant qu’une chèvre d’or et un enfant d’or se trouvent à ses côtés ; pendant une demi-heure chaque jour le diable dort et si pendant cette demi-heure ceux qui auraient le courage  de descendre, pourraient enlever la chèvre d’or et l’enfant d’or  pour les mettre en sureté et être riches pour la vie.

Près du bas de la colline de Cimiez sur le bord du Paillon, une petite chapelle sur un rocher marque l’endroit où S.Pons évêque de Cimiez  aurait été décapité en 261. Les bâtiments de l’abbaye de S.Pons sont modernes

 

Nord de Nice

Près de S.Etienne au-delà de la station de chemin de fer, sur la gauche,  se trouve la pittoresque villa du Piol (Péol)  qui a appartenu à la grande famille des Lascaris dont Paul Lascaris de Castellane, Bailli de Manosque,  qui fut Grand Maitre  de l’Ordre de Malte de 1636 à 1657. L’Ordre  a compté treize membres de cette  famille.

En prenant la route vers le nord depuis la voie circulaire  au-delà du chemin de fer, puis en tournant à gauche, nous trouvons le couvent de S.Barthélemy, derrière lequel  on a une de très belles vues des environs de Nice (artistiquement parlant).

Une promenade de 45 minutes  derrière S.Barthélemy  nous amènera au-delà de la villa Arson (d’où il y a une admirable vue) à la petite gorge connue sous le nom de Vallon obscur.

Le moulin du Ray avec ses vieux oliviers, nommé ainsi d’après un aqueduc qui amenait les eaux à Cemenelum est un sujet favori pour les artistes. Le Vallon des Fleurs ou Vallon des Hépatiques (valloun des flous) est à environ une heure de marche en suivant la route vers S.André jusqu’à la croix en fer de Gairaut  et puis en tournant à droite.

Cette promenade  qui amène l’excursionniste  à l’extrême ouest de Nice rappelle les lignes de Delille :

Oh, Nice, heureux séjour, montagnes renommées

De lavende, de thyme, de citron parfumées

Que de fois sous tes plants d’oliviers toujours verts 

Dont la pâleur s’unit au sombre azure des mers,

J’égarai mes regards sur ce théâtre immense

                                                                    « Jardins »

Bibliographie

 

 South Eastern France   by Augustus J.C.Hare George Allen 8 Bell yard Temple Bar – London, and Sunnyside Orpington